CFP: Panel on the history of forensic medicine and infanticide 18th-19th c. Utrecht, September 2011

At the conference ‘Body and Mind in the History of Medicine and Health’, organized by the European Association for the History of Medicine and Health, taking place 1-4 September 2011 in Utrecht, the Netherlands, we plan to organise a session on body and mind in forensic medicine, focussing on cases of infanticide in the 18th and 19th centuries. Since our own research is on England and Wales (Dr. Katherine Watson, Oxford Brookes University) and the Netherlands (Dr. Willemijn Ruberg, Utrecht University), we welcome proposals for papers on different countries, in order to facilitate international comparison. Questions that may be addressed include:

* Who was allowed to examine the bodies and minds of women accused of infanticide?
* How did different groups of experts (physicians, legal scholars, midwives, press and other lay people) claim knowledge on body and mind?
* How did gender, class and racial identities shape the construction of knowledge on body and mind?
* Can shifts be identified in the relationship between body and mind in cases of infanticide during the 18th and 19th centuries?
* How did legal and medical organisation structure the definition of knowledge and expertise?
* Which methodology might be adopted to study body-mind configurations in forensic medicine?
* How can the study of forensic medicine be related to other debates in social and cultural history?

Abstracts should not exceed one page and should include information concerning the scientific question examined, the sources and approach used and the (preliminary) results, as well as the title of the paper and name, affiliation, address and email address of the speaker. Please send your abstract before 15 October 2010, to: Dr. Willemijn Ruberg (W.G.RubergATuu.nl) and Dr. Katherine Watson (kwatsonATbrookes.ac.uk).

For more information on the conference, see: www.eahmh.net

Juger la folie au 19e siècle, par Laurence Guignard

Parution de Laurence Guignard, Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au XIXe siècle (Paris: Presses Universitaires de France, 2010)

Présentation par l’éditeur
Des faits-divers aux réformes pénales, le thème de la folie criminelle est aujourd’hui fortement médiatisé. L’ouvrage se propose de revenir sur son histoire et de saisir comment, au XIXe siècle, au moment où la psychiatrie prend son essor, la justice a discerné les fous des sains d’esprit, comment elle a appliqué l’article 64 du Code pénal sur l’irresponsabilité des déments et comment, au fil des enquêtes judiciaires et des procès, a pu émerger puis se conclure un « diagnostic judiciaire » d’aliénation mentale. L’intense effort d’élaboration d’une doctrine de la responsabilité ne résout que très partiellement les multiples difficultés pratiques auxquelles se confronte l’exercice du droit de punir. Du côté de la psychiatrie, les propositions contradictoires et fluctuantes des experts posent autant de questions qu’elles n’en résolvent. Les conceptions neuves de la folie comme la monomanie homicide, véritable folie du crime qui surgit dans le corpus médical autour de 1817, les instincts, l’hérédité morbide ou la dégénérescence, forment en effet autant de limites problématiques à l’exercice de la volonté libre supposée diriger le sujet responsable. C’est alors la notion d’inconscient, non encore établie, qui travaille souterrainement la médecine mentale du premier XIXe siècle, faisant des salles d’audience un véritable laboratoire du sujet moderne. Dans la lignée des travaux de Michel Foucault, mais aussi de Gladys Swain et Marcel Gauchet, la réflexion porte sur la place croissante de la psychiatrie en justice, et s’inscrit dans l’histoire de la naissance d’un sujet psychique.

Agrégée d’histoire et docteur en histoire contemporaine, Laurence Guignard est maîtresse de conférences à l’Université de Nancy II. Spécialiste de l’histoire de la criminalité et de la justice au XIXe siècle, son intérêt se porte également sur l’histoire du corps et des représentations du sujet.

Mobilisation des savoirs dans l’action publique : colloque de clôture

■ mercredi 27 janvier
ENS de Lyon
Parvis René Descartes

Introduction scientifique du colloque
Camilo Argibay (ATER, science politique,
Université de Lyon (IEP-Lyon 2), TRIANGLE)
Simon Hupfel (ATER, science économique,
Université de Lyon (ENS de Lyon), TRIANGLE)
■ Les groupes de pression
■ Les milieux associatifs et professionnels
■ Les instances consultatives
■ Les espaces intermédiaires de la démocratie participative

■ jeudi 28 janvier
IEP de Lyon
■ Les milieux économiques et patronaux
■ Le conseil du prince
■ Les universitaires
■ Les Think Tanks

Programme complet

Forensic Cultures in Interdisciplinary Perspectives

University of Manchester, UK
Friday 11 – Saturday 12 June 2010

This international conference examines in analytical and historical perspective the remarkable prominence of forensic science and medicine in contemporary culture. It brings together leading scholars from history, sociology and socio-legal studies, media and cultural studies, and practitioners working within the diverse locations of forensic culture – from crime scenes and bio-medical laboratories to television studios. Topics for discussion include the politics and practice of DNA evidence, the use of « cold case review » in re-evaluating celebrated murder trials from the past, the historical invention of « crime scene investigation », the work of forensic identification at mass grave sites, and media forensics –- including a dinner event featuring the creators of the BBC forensic dramas _Waking the Dead_ and _Silent Witness_.

Forensic Cultures is sponsored by the University of Manchester’s Centre for the History of Science, Technology and Medicine (CHSTM), and by the Wellcome Trust.

For further details, including registration information, please see the conference website at
www.chstm.manchester.ac.uk/forensics/

or contact the organisers, Dr Ian Burney (ian.burney@manchester.ac.uk) and Dr David Kirby (david.kirby@manchester.ac.uk).
Continuer la lecture de Forensic Cultures in Interdisciplinary Perspectives

Paris a besoin d’eau

Paris a besoin d’eau: projet, dispute et délibération technique dans la France napoléonienne
par Frédéric Graber. Paris: CNRS éditions, 2010
À la fin du 18e siècle, Paris a besoin d’eau. Napoléon s’empare du dossier. En mai 1802, il décide de créer un canal reliant la rivière Ourcq à Paris. Un chantier gigantesque est né. Il ne s’achèvera que vingt ans plus tard, non sans avoir provoqué l’une des controverses techniques les plus impressionnantes de son temps. Sont en jeu la qualité et la quantité d’eau nécessaires, le tracé du canal, la possibilité d’un usage mixte, à la fois adduction d’eau potable et canal de navigation. Toutes ces questions requièrent le développement de savoirs nouveaux, mais qui se révèlent insuffisants pour régler les désaccords. L’expertise des ingénieurs d’Etat en charge du projet, leurs modes de délibération et de décision se heurtent aux prérogatives du pouvoir politique, même dans les décisions techniques.
Les Travaux Publics qui concernent l’eau sont restés des objets politiques de la plus haute importance. En suivant les nombreux rebondissements et facettes de cette dispute, cette histoire singulière donne à voir une part manquante de l’imaginaire du projet contemporain : sa dimension délibérative.
Si les projets modèlent les actions et changent le monde, avant de les mettre en oeuvre, il s’agit de se mettre d’accord sur ce qui doit être construit et comment. Une affaire de civilité et de procédures avant même de devenir un enjeu démocratique.

Legal Medicine and Expertise in History

Taking place:

Oxford Brookes University, Oxford, Gipsy Lane Campus, Buckley Building, Room BG10 (where to find us)
4 December 2009 – 10:00 – 17:15

The workshop is designed to facilitate intellectual exchange and debate between academics working on the history of forensic medicine, by bringing together scholars who study the subject in a variety of national contexts and across a broad period of time. It will engage with two central themes: the character and role of forensic medicine in Europe since the medieval period; and the relationship between medicine, the law and wider society as illuminated by the notion of ‘expertise’ (a modern and highly contentious concept which does not map directly on to the pre-modern context).

The aim is to identify fruitful areas of scholarship for future research, by considering how work ongoing in different countries and stimulated by different research agendas and traditions might be brought together into a collaborative network. The meeting is thus intended to serve as a foundation for a funding application to create an international and interdisciplinary research network. It is therefore organized in two parts: five speakers will be followed by a 2-hour round-table discussion which will appraise the state of the subject and outline the rationale for the planned grant application.

Site de la journée

La mobilisation de savoirs dans des espaces intermédiaires de l’action publique

Colloque du laboratoire junior MOSAP, en partappel-a-com-mosapenariat avec l’ANR MOSARE

Lyon, 27 et 28 janvier 2010

Propositions à remettre avant le 30 septembre 2009

En septembre 2007 a été créé à Lyon, sous la tutelle de l’ENS-LSH, un laboratoire junior autour du thème de la mobilisation des savoirs dans l’action publique. Egalement soutenu par l’IEP de Lyon et par le laboratoire Triangle (UMR 5206), son objectif était de rassembler des doctorants provenant de différentes disciplines des sciences sociales pour élaborer un projet collectif en leur permettant, notamment par l’intermédiaire d’un séminaire, d’interagir avec des chercheurs plus expérimentés, spécialistes de ces problématiques. Ce séminaire arrivera à son terme à la fin de l’année 2009 (cf. le site internet du groupe : http://triangle.ens-lsh.fr/spip.php?rubrique241). Un colloque se tiendra à Lyon, en janvier 2010, pour venir solder les deux années d’activités du laboratoire junior. Les différentes réflexions qui ont accompagné les séances successives ont fait émerger un questionnement plus recentré sur les individus et les institutions non décisionnels de l’action publique. Enquêter sur ces acteurs, permet d’envisager l’émergence d’espaces intermédiaires où se jouent des interactions savoir / pouvoir. Ce sont ces espaces qui constitueront le coeur de la problématique du colloque. Continuer la lecture de La mobilisation de savoirs dans des espaces intermédiaires de l’action publique