La fin du monde par la science (16 juin 2009). Soutenance de thèse de Jean-Baptiste Fressoz

Jean-Baptiste Fressoz soutiendra sa thèse préparée à l’EHESS et à l’Institut Universitaire Européen sous la direction de Dominique Pestre et Peter Becker :

« La fin du monde par la science », innovations, risques et régulations de l’inoculation à la machine à vapeur, 1750-1850″.

Le jury sera composé de Simon Schaffer, Bruno Latour, Dominique Kalifa, Dominique Pestre et Peter Becker.

La soutenance aura lieu le mardi 16 juin à 9h30 à l’EHESS au 105 Bd Raspail, salle 7.

L’objet de ce travail est de poser des jalons pour une histoire longue de nos sociétés du risque. Il s’agit d’une enquête sur le passé de l’agir technique, sur les manières de le penser, de le réguler, de le questionner. Trois ordres de questions et de terrains sont abordés :

  • L’émergence du risque pour penser l’inoculation de la petite vérole et son échec à faire advenir des sujets desinhibés, prêts à risquer leur vie pour la sauver. A contrario, le succès de la vaccine permet d’étudier les techniques probatoires (expérimentation humaine, définition graphique des nosologies, statistique médicale administrative) qui ont assuré l’efficacité de la biopolitique impériale des années 1800 en produisant (au sens théâtral) un virus non virulent protégeant à jamais de la petite vérole.
  • Les dispositifs théoriques et pratiques (botaniques, chimiques, hygiéniques, administratifs et juridiques) qui permirent d’entreprendre l’industrialisation chimique en dépit des plaintes bourgeoises et dans le cadre de la médecine néo-hippocratique qui faisait de l’environnement la cause déterminante de la santé.
  • La norme technique de sécurité et sa soudaine naturalité pour sécuriser les technologies issues de la révolution industrielle, son rôle dans la clôture des controverses technologiques, la légalisation de l’incertitude et la société libérale des années 1820 fondée sur la responsabilité individuelle.


Par rapport aux thèses sur « la société du risque » et la postmodernité, j’ai essayé de montrer que la révolution technoscientifique des années 1800 ne s’est pas faite dans un brouillard d’insouciance progressiste. Les sociétés passées n’ont pas choisi de s’allier avec des êtres aussi inquiétants et imprévisibles que les virus ou la vapeur sans considérer, parfois avec effroi, les conséquences de leurs décisions ; elles n’ont pas non plus massivement altéré leurs environnements par inadvertance. La confiance n’allait pas de soi et il a fallu produire de manière calculée, sur chaque point stratégique et conflictuel de la modernité, de l’ignorance et/ou de la connaissance désinhibante. Le discours du progrès qui magnifiait la grandeur des buts servait aussi à exorciser l’immensité des inquiétudes. La modernisation technique a été une entreprise. Ceux qui l’ont fait advenir et l’ont conduite ont produit des savoirs, des dispositifs, des normes juridiques et des structures rhétoriques dont le but était d’instaurer de nouvelles sensibilités, de nouvelles manières de concevoir son corps, ses relations aux choses environnantes et aux objets.

Jean-Baptiste Fressoz est également l’auteur de :  « The Gas Lighting Controversy. Technological Risk, Expertise and Regulation in Nineteenth-Century Paris and London » Journal of Urban History, 33/5 (July 2007), 729-755.

« Beck Back in the 19th Century: Towards a Genealogy of Risk Society », History and Technology, 23/4, (Dec. 2007), 333-350.

Introduction de La fin du monde par la science et l’Arbre de la science par Eugène Huzar (Alforville: Ere Editions, 2008).