A quoi servent les experts? selon les Cahiers internationaux de sociologie

Numéro spécial coordonné par Isabele Larrebi-Hoffmann et Michel Lallement

Sommaire: http://213.161.196.111/revue-cahiers-internationaux-de-sociologie-2009-1.htm

(Début de l’introduction) En posant la question qui sert de titre à cette introduction comme à l’ensemble du présent numéro, ce volume entend proposer des pistes d’interprétations sociologiques de la « montée des experts » dans nos systèmes de décisions politiques et économiques. La question est d’une actualité intellectuelle relativement récente si l’on en juge à l’aune des multiples publications internationales qui, depuis une dizaine d’années, traitent de l’expertise en philosophie, sociologie de la connaissance, socio-économie, sociologie politique ou sociologie des professions. Les sciences sociales s’emploient ainsi à renouveler la réflexion sur le rôle et la place des experts dans nos démocraties, qu’il s’agisse de définir la teneur de leurs savoirs, désormais plus « interactionnels » qu’académiques (Collins et Evans, 2007), les contours de leur influence et action, hors de l’université, sur un marché de l’expertise (Osborne, 2004) ou la culture capitaliste du risque et de la décision complexe dans notre « seconde modernité » qui leur donne un rôle prégnant (Beck, Giddens, Lash, 1994). D’autres travaux décrivent l’avènement d’une société régulée par un phénomène d’audit et d’évaluation permanent (Power, 2005), la formation d’une nouvelle classe d’élites technocratiques globalisées (Hartmann, 2007) ou les transformations de l’action publique qui à force de commissions, de principe de précaution et autre gestion participative et citoyenne des risques contemporains, introduisent l’expertise au cœur de toute décision publique (Dumoulin, La Branche, Robert, Warin, 2005).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *